Foire aux questions

Pour mesurer adéquatement une fenêtre, il faut d’abord s’assurer de prendre ses mesures à l’extérieur du cadre, d’un montant à l’autre, et de reprendre la mesure à au moins deux endroits sur le cadre, tant à la verticale qu’à l’horizontale. La mesure la plus étroite, dans une direction, est celle que vous devez utiliser, en calculant qu’il faut laisser 6 mm libres de chaque côté de la fenêtre pour l’ajustement et l’isolation.

Par ailleurs, vous devrez aussi vérifier la correspondance entre la mesure extérieure et la mesure intérieure. Pour la mesure intérieure, il faut retirer les chambranles pour trouver adéquatement le cadre. Si la mesure extérieure est plus large que la mesure intérieure, il vous faudra une fenêtre avec moulure pour compenser cet écart.

Si vous en êtes à votre première installation, nous vous conseillons fortement de demander l’avis d’un spécialiste.

ENERGY STAR est la marque des produits éconergétiques au Canada.

Les produits Fenêtre Concept sont certifiés ENERGY STAR et répondent à de strictes spécifications techniques relatives au rendement énergétique et font l’objet d’essais avant d’être certifiés.

Les produits homologués ENERGY STAR permettent de faire des économies en réduisant l’ensemble des coûts annuel de l’énergie.

zone-energy-star

C’est un verre recouvert d’un enduit métallique d’une épaisseur microscopique qui réfléchit la chaleur. En y ajoutant le gaz Argon, nous obtenons une unité scellée qui contribue à réduire les pertes d’énergie et à augmenter son facteur d’isolation.

En hiver, la chaleur de votre résidence est réfléchie vers l’intérieur de manière à vous faire économiser l’énergie. En été, la chaleur est réfléchie vers l’extérieur de votre résidence de façon à maintenir sa fraîcheur en période de canicule.

ete_hiver_FR

Les bris par choc thermique résultent de contraintes générées par une variation de température entre deux zones d’une même feuille de verre. Cette variation peut, par exemple, s’établir entre une partie de vitrage exposée aux rayons du soleil et une zone ombragée.

Sous l’effet de l’ensoleillement, un vitrage s’échauffe d’autant plus que son absorption énergétique est élevée. Si une partie du vitrage reste froide, elle empêche la partie chaude de se dilater librement, générant ainsi des contraintes de compression et de traction respectivement dans les parties chaude et froide du vitrage. Le verre étant moins résistant en traction qu’en compression, les contraintes de traction générées sont susceptibles de dépasser la contrainte de rupture du verre et de provoquer le bris du vitrage. C’est ce que l’on appelle une casse thermique.

L’origine de la casse apparaît au bord du vitrage (dans la zone la plus froide du cadrage) et se caractérise par un plan de rupture perpendiculaire (90°) au bord et aux deux faces du verre. La fracture peut être monofilaire ou multifilaire.

Facteurs de risque?

Conditions climatiques : La différence de température au sein d’un vitrage dépend directement de l’intensité du rayonnement solaire qui l’atteint (en fonction de l’orientation du vitrage, du moment de la journée, de la saison) et de la différence maximale de température entre le jour et la nuit. Les vitrages au nord présentent peu de risque de casse thermique, puisqu’ils ne sont pas exposés au soleil.

Caractéristiques du vitrage : Plus le facteur d’absorption énergétique du verre est élevé, plus le vitrage s’échauffe sous l’effet de l’ensoleillement. Les verres absorbants, les verres énergétiques ou encore les verres sur lesquels un film réfléchissant est apposé s’échauffent plus que les verres clairs et sont donc davantage sujets à la casse thermique.

Inertie thermique du cadre : Plus l’inertie thermique du cadre est élevée, moins la température du cadre s’adaptera rapidement aux conditions extérieures. La variation de température entre la partie visible du vitrage et la partie en contact avec le cadre (et par conséquent le risque de casse thermique) sera plus important. La couleur du cadre peut également influencer quelque peu le phénomène.

Environnement extérieur : L’environnement extérieur (édifice voisin, ombres projetées par les arbres) ou le bâtiment lui-même (terrasse surplombante, auvent, parure de fenêtres, vitrage posé en retrait du plan de la façade) peut soumettre le vitrage à un ombrage partiel et prolongé.

Environnement intérieur : L’environnement intérieur peut accroître de manière importante les écarts de température entre les parties chaudes et froides d’un vitrage en raison, par exemple, de la présence de stores ou de tentures, d’un objet sombre tel qu’un meuble derrière le vitrage, d’autocollants ou d’affiches apposées sur le vitrage, d’un plafond situé devant le vitrage ou d’autres dispositifs d’ombrage internes, mais également de la proximité d’une source de chaleur (radiateur, convecteur) ou d’un système de ventilation propageant de l’air chaud ou froid.

Comment les prévenir?

Le verre normalement résiste à ces contraintes, mais il peut arriver que pour des raisons particulières il y ait bris du verre. Dans ces cas, la qualité de fabrication du vitrage isolant ne pourrait être mise en cause. Lorsque la variation de température au sein d’un vitrage peut atteindre des valeurs supérieures à 30°C, on utilisera du verre trempé, qui résiste respectivement à des variations de température de l’ordre de 100 et 200°C. Le recours à ce type de verre pourra toutefois être généralement évité par la prise en compte de mesures simples, telles que prévoir un espace minimal de l’ordre de 40 mm entre le vitrage et les stores ou les tentures, éviter les systèmes rayonnants ou pulsants (radiateurs, convecteurs, air forcé) directement sur le vitrage et s’assurer que ceux-ci soient au moins distants de 20 cm du vitrage. L’air devrait circuler parallèlement au vitrage ou de préférence vers l’intérieur de la pièce.

 

Suite à l’installation, il est fortement recommandé de vous limiter au nettoyage de l’unité scellé (le thermos). La raison étant : le durcissement maximum du scellant servant à bien compléter l’installation. Vous devez compter minimum un mois avant l’adhérence complète. L’entretien de la Porte patio & la Porte d’acier est la même.

Conserver le lustre de votre porte d’acier: Qu’elle soit blanche ou de couleur, nos partenaires vous suggèrent de la cirer à l’aide d’une cire d’auto (vaporisateur de préférence) par temps nuageux et de l’essuyer avec un chiffon sec.

Quel est le taux d’humidité recommandé à l’intérieur de la maison ?

Température de l’air extérieur -29°C (-20°F) -24°C (-10°F) -18°C (0°F) -12°C (10°F) -7°C (20°F)
Humidité relative intérieure maximum recommandée à une température inférieure de 21°C (70°F) 20% 25% 30% 35% 40%

 

Pourquoi se forme-t-il de la condensation sur la surface extérieure du vitrage isolant ?

La condensation sur la surface extérieure du vitrage isolant est un phénomène normal qui peut survenir sous certaines conditions atmosphériques. Cela s’explique par l’échange de chaleur entre le verre et son environnement. La qualité du vitrage ne doit pas être mise en cause. En effet, si les conditions sont favorables (ciel clair la nuit, vents faibles, air chargé d’humidité), la température du verre extérieur du vitrage isolant peut abaisser suffisamment pour que l’humidité présente dans l’air se condense à sa surface. On peut rencontrer ces conditions à quelques reprises au courant de l’année. Dès que le verre extérieur se réchauffe, la plupart du temps tôt le matin, la condensation disparaît.

Dans des conditions équivalentes, un vitrage isolant moins performant laisse passer plus de chaleur qu’un vitrage isolant à haut rendement énergétique. Cette chaleur réchauffe le verre extérieur et contribue à réduire la possibilité que la condensation s’y dépose. Un vitrage isolant moins performant est donc moins propice à la condensation extérieure. Par contre, un vitrage isolant à haut rendement énergétique contribue à économiser de l’énergie, réduit la condensation sur la surface intérieure du verre, diminue le risque de moisissure sur le bord intérieur de la fenêtre et améliore le confort de votre demeure, et ce, tout au long de l’année.

Quelques documentations supplémentaires sur l’humidité et la condensation.

 

La première étape est de contacter votre spécialiste Nouvelle Vision, celui-ci est formé pour inspecter et corriger le produit au besoin.
Valeur RE:

La valeur RE indique le rendement énergétique global d’une fenêtre.

La valeur RE est une mesure en watts par mètre carré qui s’applique uniquement au rendement d’une fenêtre, indépendamment de son mode de fabrication et des matériaux utilisés. Plus la cote est faible, plus la perte de chaleur est grande et plus les coûts de chauffage seront élevés. Plus le RE est élevé, plus les fenêtres captent la chaleur et en laisse moins s’échapper durant la saison froide, permettant ainsi de réduire les coûts de chauffage. Établie par le CSA et utilisée exclusivement au Canada, cette mesure sert entre autres à classifier les fenêtres homologuées ENERGY STAR selon leurs zones climatiques respectives.

La valeur RE est déterminée en fonction de trois facteurs :

• les gains d’énergie solaire (CGCS)
• la perte de chaleur par le cadre, l’intercalaire et le verre (valeur U)
• les pertes de chaleur par fuite d’air (cote A).

Valeur U (Coefficient de déperdition ou transmission thermique)

La valeur U indique le taux de transfert de chaleur d’un matériau en watts par mètre carré. C’est une mesure du taux de perte ou de gain de chaleur non solaire par un matériau. Plus la valeur U d’une fenêtre est faible, plus cette fenêtre résiste au transfert de chaleur d’une zone chaude à une zone froide. Cette mesure est utilisée comme référence par le National Fenestration Rating Council (NFRC) et sert entre autres à classifier les fenêtres homologuées ENERGY STAR selon leurs zones climatiques respectives.

Valeur R (Coefficient de résistance thermique)

La valeur R est l’inverse de la valeur U. Elle indique le degré de résistance au transfert de la température d’un matériau. Plus la valeur R est élevée, plus l’isolation du produit est bonne. Ni la valeur U, ni la valeur R ne représente l’énergie thermique fournie par le soleil (gain d’énergie solaire). Cette mesure est utilisée par les fournisseurs de verre scellé comme indicateur de performance.

Coefficient de gain de chaleur solaire (CGCS)

Le coefficient de gain de chaleur solaire indique la différence entre l’énergie solaire directe reflétée à l’extérieur et l’énergie solaire qui entre à l’intérieur. Il est exprimé par un nombre entre 0 et 1. Les produits au verre transparent permettent à une plus grande quantité d’énergie solaire d’entrer à l’intérieur et ont un coefficient d’apport par rayonnement solaire variant entre 0.60 et 0.85. Les produits à faible émissivité vont de 0.15 à 0.40 pour une couche souple et de 0.40 à0.60 pour une couche dure. Plus la valeur est faible, moins le rayonnement incident est transmis.